Catholiques

« J’ai gagné l’intime conviction que l’homme est meilleur que nous le pensions. Mais nous n’avons pas eu le courage de lui demander de grands sacrifices. Nous avons préféré adapter Dieu à la faiblesse de l’homme plutôt que d’adapter à l’homme à la force de Dieu. Comme nous ne l’avons pas suffisamment fait, ceux qui avaient soif de grandes aventures se sont tournés vers d’autres idéaux. » Père Werenfried

« La foi n’est pas une théorie que l’on peut faire sienne ou que l’on peut laisser de côté. C’est une chose très concrète : c’est le critère qui décide de notre style de vie. A une époque où l’hostilité et l’avidité sont devenues des superpuissances, une époque où nous assistons à l’abus de la religion jusqu’à l’apothéose de la haine, la seule rationalité neutre n’est pas en mesure de nous protéger. Nous avons besoin du Dieu vivant, qui nous a aimé jusqu’à la mort. » Benoît XVI

« Trop souvent la religion, ce sont des attitudes qu’on se donne, des gestes qu’on ébauche, des interdits qu’on escamote. Chaque baptême sans doute, fait un chrétien de plus, mais pas toujours un païen de moins.« Raoul Follereau

« L’Amour de Dieu ne connaît pas de juste milieu ; un dévouement moyen n’est pas du dévouement. En se dévouant, l’homme se libère de son moi inutilement encombrant, il donne un sens à sa vie, il s’accomplit »   Père Jacques Sevin  

« Notre civilisation est une conspiration contre toute espèce de vie intérieure » Bernanos

« Dieu créa votre âme silencieuse : au baptême, dans le silence inviolé, Il la remplit de lui-même ; rien que de Lui. C’est plus tard, peu à peu que le monde y fit irruption. Le bruit l’envahit couvrant la douce voix de Dieu. Depuis le vacarme s’amplifie. Revenez au silence baptismal, mon frère » mot d’un Chartreux 

 « Si tu vas au bout du monde, tu trouveras la trace de Dieu, si tu vas au fond de toi, tu trouveras Dieu lui-même » Madeleine Delbrel

« La sainteté, c’est la grâce de faire les plus humbles choses sous le signe de l’éternité » Raoul Follereau

 

« N’entretenez aucun souci ; mais en tout besoin recourez à l’oraison et à la prière, pénétrées d’action de grâces, pour présenter vos requêtes à Dieu.
Alors la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, prendra sous sa garde vos cœurs et vos pensées, dans le Christ Jésus.
Enfin, frères, tout ce qu’il y a de vrai, de noble, de juste, de pur, d’aimable, d’honorable, tout ce qu’il peut y avoir de bon dans la vertu et la louange humaines, voilà ce qui doit vous préoccuper. »
Philippiens 4.6

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu, nous dit l’Évangile, et tout le reste vous sera donné par surcroît » Mathieu 6.33

« Là où le péché abonde, la grâce surabonde » Saint Paul

« Le sacrement du pardon permet de retrouver une véritable espérance sur soi, en même temps qu’une profonde humilité : je ne me laisse pas effrayer par ma chute et j’arrête de m’idéaliser dans un perfectionnisme trop humain. Je m’accepte humblement comme un être qui se construit par la grâce de Dieu au lieu de dire comme un mauvais perdant « je ne suis pas parfait, autant ne rien faire du tout, autant être un vrai pêcheur ! » Leclerc, Sagesse d’un pauvre

« Là, maintenez votre âme un moment sous le regard de Dieu et dans un élan très simple, faites offrande de vous-mêmes à ce Dieu qui attend de vous quelque chose de précis. Si vous demeurez fidèles à cette habitude, vous qui êtes si tourmentés parce que vous ne savez pas encore qui vous êtes, vous verrez bientôt la lumière se faire en vous, beaucoup de doutes et d’objections tomberont de vous sans même que vous ayez pris la peine de les combattre. Vous sentirez alors de combien l’âme éclairée par Dieu domine tout ce qui se passe dans l’intelligence seule. Alors quelque chose rayonnera de vous. Les autres ne sauront pas ce que c’est, mais ils en seront frappés, ils vous sentiront éclairés d’une lumière intérieure, et animés d’une secrète maîtrise qui dépasse de bien loin celle qu’on ne doit qu’à sa propre énergie. Vous pourrez alors devenir des hommes d’action car il n’y a d’action véritable que celle qui est enracinée dans une authentique vie spirituelle. » André Charlier, Lettre aux Capitaines,19 Janvier 1944