BALADE A CHÂTELET

Mon train m’a amené à Châtelet. Châtelet point de ralliement des parisiens par excellence. Châtelet offre un grand espace de détente dans ses écrins de verdure et de béton. Une magnifique perspective sur la colossale Eglise Saint Eustache, et un grand temple commercial.

Au moment où ma tête émergea du métro, fouettée par le vent, je subis un choc civilisationnel : alors que j’aperçu l’Eglise St Eustache dans toute sa majesté, un rap commercial  et abrutissant retentit à mes oreilles. La musique répétitive et stérile, fruit de quelques heures de travail  fiévreux et individualiste en studio venait défier plus 400 ans d’ouvrage en plein air, impliquant des milliers d’ouvriers, artisans, maîtres d’oeuvre – unissant les nations et les classes sociales, pour se tourner vers un but qui les dépasse – en vue d’accomplir un édifice, chef d’oeuvre du christianisme, traversant les âges.

Que s’est-il passé, me dis-je pour en arriver là ? Comment se fait-il que la moitié des badauds soient noirs, répartis en groupes de 5 à 10, vêtus de noir, affublés d’un pantalon collant et troué, imposant à la multitude la même musique désincarnée ou poussant des cris. Mon compagnon était stupéfait, consterné.            

Où est l’art de vivre à la française ? Que se disent-il en voyant les autres : calmes, habillés avec harmonie ou dans un style recherché?  Où est l’unité nationale? Que font ces gens ? A Châtelet, dans la vie  ou en France. Qu’est qui les anime ? Qui est leur chef?

Comment se fait-il que civilisation et anti-civilisation puisse ainsi se côtoyer? Cette cohabitation peut-elle durer?  Qui l’emportera? J’ose espérer que ce que nous avons vu n’est qu’une parenthèse dans l’histoire de l’humanité.

Gabor

5/5
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *